Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Aller en bas

Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Dim 24 Déc - 18:56

source Motorsport.com du 23/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - "Nous devions construire une F1 avec un toit"



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Le rideau est tombé à Bahreïn sur la présence de Porsche en LMP1. Sur le tracé de Sakhir, au lendemain d'une ultime pole position décrochée en FIA WEC, la 919 Hybrid a coupé une dernière fois la ligne d'arrivée d'une course d'Endurance. À cet instant, le programme compétition du constructeur allemand dans la catégorie reine de l'Endurance a pris fin.

"Il y avait un sentiment de tristesse d'un côté", ne cache pas Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "D'un autre côté, j'ai ressenti un grand soulagement d'avoir vu ce projet connaître autant de succès."

Après une longue absence en prototype pour jouer la victoire au général, Porsche avait fait son retour en 2014 et n'aura pas mis un an avant de retrouver la victoire. Ont suivi trois succès aux 24 Heures du Mans (2015, 2016, 2017) et autant de titres mondiaux, pour une histoire qui semblait écrite. Ce qui a toujours impressionné Fritz Enzinger.

"Avant tout, je me souviens des attentes qui étaient placées dans le projet", souligne-t-il. "Tout le monde imaginait que la 17e victoire au Mans était une certitude. Ce sentiment de conviction était stupéfiant, car Porsche ne s'était pas engagé dans la première catégorie au Mans depuis 1998. Il n'y avait jamais eu d'infrastructure ni d'expérience au niveau de la nouvelle catégorie LMP1 Hybride. Après tout, nous devions construire une Formule 1 avec un toit."



Sous la supervision d'Enzinger, la direction opérationnelle de l'équipe a été confiée pendant toutes ces années à Andreas Seidl. Directeur de Porsche Team au cours des quatre saisons en FIA WEC, lui admet ne pas avoir immédiatement pris la mesure de l'importance du projet qui lui était confié, avant de très vite réaliser.

"Lorsque j'ai débuté, je n'étais pas pleinement conscient d'à quel point ce projet était significatif pour Porsche, par rapport à l'identité du personnel et aux attentes à l'intérieur et à l'extérieur", reconnaît-il. "Pour moi, en débutant dans ce nouveau rôle, Porsche LMP1 était un nouveau projet sportif très intéressant que je voulais faire réussir. Je n'avais pas vraiment idée de ce que ça signifiait de représenter Porsche au Mans et de courir pour la victoire au général. J'étais un jeune drogué à la course sprint. Ça a très vite changé. J'ai vu l'opportunité unique de pouvoir construire une équipe de course à partir de zéro et j'avais l'objectif de remporter des courses. D'abord et avant tout au Mans."

Maintenant que le chapitre est clos, il reste les leçons à en retenir : "Avec les projets à long terme en sports mécaniques, il est important d'être d'accord dès le début avec les dirigeants haut placés, quant au besoin d'avoir les conditions appropriées si vous voulez gagner. Nous avons eu cela : le budget, la structure, le courage, le soutien. L'objectif doit être le bon sens commun, et il faut se relever si vous tombez. Vous ne pouvez pas faire plusieurs compromis, la compétition est féroce."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Dim 24 Déc - 19:00

source Motorsport.com du 24/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Bâtir de zéro malgré les mauvaises rumeurs



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Trois succès aux 24 Heures du Mans, six titres mondiaux (pilotes et constructeurs), 17 victoires et 20 pole positions : pour dresser un bilan aussi flatteur, il a fallu abattre des heures et des heures de travail. La concurrence que Porsche a affrontée durant son passage en LMP1 le sait mieux que quiconque, tant Audi et Toyota ont eux aussi connu ce besoin de monter un projet aussi développé technologiquement que ce que l'on rencontre en Formule 1.

Du côté de Weissach, on a toujours mis en avant le sérieux et l'assiduité avec lesquels le programme 919 avait été anticipé, préparé et mis en place. Et si la partie visible de l'iceberg permet de cocher sans hésitation la case de la mission accomplie, même une structure comme celle du constructeur allemand a dû composer avec des difficultés. À un tel niveau, rien n'est simple, et rien n'est dû au hasard. Aussi, il a fallu traverser quelques moments de doutes.



"À mes yeux, ça n'a jamais vraiment été critique", admet Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche, "mais je me souviens encore très bien de notre quatrième course. Ça ne s'était pas bien passé à Austin, en 2014. Nous n'étions pas assez rapides, il y avait un déluge et, plus important, une perte de puissance dans une voiture, et nous n'avions pas terminé sur le podium. À ce moment-là, j'ai compris que Porsche n'était pas très entraîné à se retrouver en retard par rapport aux attentes."

"Mais au final, nous avons pu aller de l'avant avec notre philosophie de développement : en cas de doute, nous options toujours pour une approche plus agressive, avec l'objectif de rendre la 919 avant tout rapide, puis stable. Si une voiture termine une course la première fois, alors elle est également capable de gagner ; c'était notre crédo."



Dans la bouche du team principal Andreas Seidl, on comprend un peu plus à quel point l'année 2014 a constitué le fondement logique de la success story des trois saisons suivantes.

"Pour moi, la période la plus critique a vraiment été la phase de tests avant notre première course", assure-t-il. "Nous avions beaucoup de problèmes techniques et il y avait vraiment de la pression. Nous formions une équipe qui venait juste d'être constituée, et qui devait commencer par régler les relations personnelles sur la même longueur d'onde. La structure de l'équipe a dû évoluer en même temps que le développement d'une voiture hautement complexe. Nous n'avions aucune référence matérielle pour savoir comment nous allions nous positionner par rapport à la concurrence."

"Il y a eu une certaine agitation au sein de Porsche, car nous n'avions pas de résultats dont nous pouvions rendre compte. Certaines informations fuitaient, et il y avait des rumeurs selon lesquelles les perspectives étaient mauvaises pour nous. Au niveau de l'équipe, surmonter ce 'Ils ne le feront jamais' était difficile. Nous avons aussi perdu des gens en chemin, qui ne croyaient plus en notre mission. Mais en passer par là tous ensemble nous a rapprochés plus tard. C'est là que les fondations ont été posées, et heureusement, ceux qui avaient des rôles clés sont restés avec nous."

Dans un rôle lui donnant de la hauteur, Fritz Enzinger se souvient avoir tout fait pour apporter calme et sérénité lors des premiers tests du prototype 919, menés à l'époque par Timo Bernhard. "Lors des premiers essais, il y avait de fortes vibrations venant du moteur à combustion", révèle-t-il. "À cause de ça, la maniabilité était évidemment horrible, mais ce n'était pas la faute des gens chargés du développement châssis. Ils ont dû passer de l'aluminium à l'acier pour que nous puissions tout faire. Durant cette période, nous avons beaucoup appris concernant les relations humaines, et compris que nous devions résoudre nos problèmes ensemble si nous voulions aller de l'avant."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Lun 25 Déc - 22:21

source Motorsport.com du 25/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Sous haute pression pendant sept ans



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Si l'aventure Porsche en LMP1 a débuté en compétition au début de l'année 2014, elle a été le fruit d'une préparation largement anticipée. L'annonce du retour dans l'élite de l'Endurance avait été faite près de trois ans plus tôt, à l'été 2011. On parle ainsi d'un programme qui aura duré près de sept années au total, avec des moments de pression intense à gérer.

"Les tout premiers mois étaient difficiles", se souvient Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "J'ai rejoint l'entreprise en 2011, au cours d'un mois de novembre durant lequel il pleuvait constamment. J'ai travaillé 14 heures par jour et je me suis battu sur tous les fronts. Dans ce projet, il n'y a jamais eu de premier pas unique. Tout devait se dérouler en parallèle. Les discussions sur la construction, les réunions sur la réglementation, les réunions d'équipe, les finances et la technologie ; le timing était extrêmement serré, et le temps est passé extrêmement vite."

"Bien sûr, il y a aussi eu des jours où le doute s'est immiscé. Je ne me suis pas simplement glissé dans ce rôle en me disant 'D'accord, je vais gérer ça'. Construire quelque chose d'aussi grand en partant de zéro n'était pas seulement une première pour Porsche. Parmi le reste de l'industrie automobile, je ne connais que des exemples où des structures existantes avaient été agrandies. Mais je ne me suis jamais autorisé à penser à l'échec."



Chargé de diriger l'équipe en qualité de team principal, Andreas Seidl a lui aussi connu cette évidente pression. Néanmoins, l'ingénieur allemand a toujours fait avec, et mis l'accent sur une préparation la plus parfaite possible pour limiter les mauvaises surprises.

"Pour moi, une préparation optimale retire un certain degré de pression, et ça m'aide à gérer le reste", explique-t-il. "En tant qu'équipe, nous avons fait tout ce qui était possible pour nous assurer d'être bien préparés avant nos courses. Nous passions en revue tous les scénarios qui pouvaient se produire durant un week-end de course, encore et encore. Nous avons tracé notre route vers Le Mans, et planifié précisément ce que nous voulions tester, quand et où nous voulions le tester, et comment nous voulions utiliser notre personnel."

"Mais même la meilleure préparation possible ne retire pas la pression qui grandit avant Le Mans, et qui atteint son pic le samedi après-midi avant le départ. Dans ma position, il était important de dégager un sentiment de calme, malgré la pression interne. Je devais montrer à l'équipe que nous avions fait tout ce que nous pouvions, que nous étions bien préparés, et que nous allions faire ce pourquoi nous étions venus."

Pour que ce programme LMP1 rencontre le succès escompté, Porsche a dû prendre les bonnes décisions aux bons moments. Elles ont été nombreuses, mais il en est une qui s'est avérée décisive. "C'était la création d'un département principal séparé pour le programme LMP, qui rendait directement des comptes au conseil d'administration", précise Fritz Enzinger. "Cette mise en place nous a donné le niveau de flexibilité dont nous avions besoin."

Andreas Seidl ne peut que confirmer : "Oui, la structure indépendante et rationalisée était très importante. Deuxièmement, c'était déterminant d'avoir notre propre équipe d'usine à Weissach et de ne pas uniquement y positionner le développement."




_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par Mathu le Mar 26 Déc - 22:26

Merci beaucoup study

_________________
Palmarès championnats, TCM, courses Scuderia et SGT6Fr :
Like a Star @ heaven 267 courses : 140 victoires / 86x 2eme / 25x 3eme / 251 podiums / 10x 4eme / 3x 5eme / 4x 6eme
Like a Star @ heaven 128 qualifications : 61 poles
Like a Star @ heaven 21 championnats : 16 titres / 5x 2eme
Like a Star @ heaven 4 championnats team : 4 titres

Titres : GT5 Fantastics, Wec S2(+Team), GTWC(+Team), SGTC(+Team), Multi-catégories, SRBC(+Team), Gran Tourisme, Gran Tourisme S2, TCM S1, TCM S2, Multi-catégories S2, TCM S4, Red Bull Junior, Sun Cup, TCM S5, Vad'Or 2016
2eme: Wec S1, Kart Furieux, Constructeurs, TCM S3, TCM S6


avatar
Mathu
Administrateur
Administrateur

PSN : MP
Contrôleur : Gamester, DFGT, T300 RS
Cockpits : GT Omega Racing
Jeux PS4 : Gran Turismo Sport, Dirt Rally, Project Cars, Drive Club, TTR, Trackmania Turbo
Jeux PS3 : GT5 Prologue, GT5, GT6, F1 2010, Dirt, Grid, Ferrari Challenge
Messages : 48852
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 132
Localisation : Fukushima

https://www.youtube.com/channel/UCf1J4pzfo0NMo0gvCmg2L9g

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Mer 27 Déc - 16:49

dommage que les articles ne soient pas un peu plus longs ... j'aime bien ces articles

_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Mer 27 Déc - 17:07

source Motorsport.com du 27/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Webber miraculé à Interlagos



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Les succès ont été si nombreux pour Porsche avec sa 919 Hybrid, que les moments douloureux se comptent sur les doigts d'une seule main. Parmi ceux-ci, le souvenir de la violente sortie de piste de Mark Webber à Interlagos, en 2014, reste profondément inscrit dans les mémoires du staff.

Dans cette course qui concluait la première saison du retour du constructeur allemand en LMP1, le proto frappé du numéro 20 apparaissait détruit en milieu de piste, suite à un choc impressionnant avec le mur alors qu'il restait moins d'une demi-heure avant le drapeau à damier. Comble du paradoxe, la marque allait remporter quelques instants plus tard son premier succès en WEC avec la voiture sœur.

"C'était la première fois dans ce projet que je devenais réellement conscient du niveau de dangerosité que pouvaient comporter ces courses", confie Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "Quand Mark nous a approché alors qu'il était en Formule 1 et qu'il a dit qu'il voulait faire partie de notre programme LMP, je pouvais difficilement y croire. Mais il était déterminé à aider l'équipe à se construire, et à s'immerger lui-même dans ce nouvel univers. Nous étions tellement heureux quand il nous a fait signe après l'impact pour nous dire qu'il était raisonnablement en bonne forme !"

"Cette course à São Paulo est celle qui m'a le plus ému : l'accident, l'incertitude insoutenable, le soulagement, puis quelques minutes plus tard la première victoire avec l'autre voiture. À cet instant, une énorme pression m'a quitté, et c'était certainement pareil pour tout le monde dans l'équipe. Cela a confirmé que si la voiture terminait son tour de piste, elle était suffisamment rapide. Tout s'est assemblé ce jour-là. Mais il a fallu quelque temps à Mark pour récupérer après ça."

Cette angoisse partagée dans le stand Porsche, quelques instants après le crash de Mark Webber, le team principal Andreas Seidl s'en souvient lui aussi très bien.

"Ma première pensée a été : allez mec, prends la radio et fais-nous savoir que tu es là ! Heureusement, Mark l'a fait avec une voix très calme. Dans une telle situation, nous aussi nous n'avons que ce qui est montré à la télévision. Les secondes paraissent être des minutes. En même temps, nous sommes responsables de la deuxième voiture et on se demande si une défaillance technique pourrait être la cause et mettrait peut-être l'autre pilote en danger."

"La sécurité des pilotes a toujours été la plus importante priorité, mais on ne peut pas non plus faire abandonner une voiture si ça n'est pas nécessaire. Prendre une décision aussi critique et liée à la sécurité, instantanément, avec des informations limitées, c'est le plus difficile à faire en course automobile."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Mer 27 Déc - 17:10

source Motorsport.com du 27/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Le Mans 2014, demi-succès en trompe-l'œil



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Avec la création du Championnat du monde d'Endurance en 2012, les constructeurs ont pu trouver une plateforme idéale pour faire briller leur technologie aux quatre coins du globe. Mais l'ADN du FIA WEC reste évidemment profondément articulé autour de son joyau : les 24 Heures du Mans.

En décidant de lancer son programme LMP1 en 2011, Porsche avait donc logiquement en tête la priorité de renouer avec la victoire dans la Sarthe. Trois ans plus tard, on retrouvait deux 919 Hybrid au départ du double tour d'horloge, avec la passion logique générée par un nom aussi mythique dans l'Histoire de l'Endurance. Mais ce retour fut laborieux, avec des performances prometteuses mais un niveau de fiabilité loin du compte pour espérer mettre des bâtons dans les roues d'Audi et Toyota jusqu'au drapeau à damier.

"Cette course est arrivée beaucoup trop tôt pour nous", admet sans détour Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "Nous n'avions fait qu'un seul test de simulation, et à part ça nous n'avions jamais fait plus de six ou sept heures. La partie opérationnelle des essais n'a vraiment bien fonctionné qu'à partir de décembre [2013], après avoir éradiqué les vibrations [du moteur]. Nous n'avions que deux courses de six heures derrière nous, et elles ne s'étaient pas déroulées sans heurts. Le fait d'avoir mené les 24 Heures du Mans après vingt heures de course a suscité des espoirs à court terme qui n'étaient pas raisonnables. Les défaillances du moteur et de la transmission ne sont pas survenues par surprise."



Directeur d'équipe, Andras Seidl appuie ce constat : "Nous n'étions pas préparés pour durer 24 heures, pas plus que nous n'étions prêts au niveau de l'équipe pour concourir avec les favoris. Nous avions des problèmes de stabilité, nos arrêts au stand étaient mauvais et nous n'avions pas la rapidité. Nous avons vraiment été chanceux en course, et ça a donc été considéré comme un succès partiel. Même si, de manière réaliste, on ne pouvait pas attendre plus pour une première année avec un projet aussi complexe, cette course était bien en dessous de mes standards."

Bien que le sachant déjà, toute l'équipe Porsche a appris lors de cette première participation au Mans que l'approche devait y être totalement différente que sur les autres courses de six heures.

"En deux semaines au Mans, on traverse beaucoup de situations extrêmes avec l'équipe, à la fois techniques et personnelles", fait remarquer Andreas Seidl. "Aucune autre course ne peut s'y comparer. C'est une épreuve au format particulier, et la pression est énorme. Tout le monde sait que cette opportunité se présente seulement une fois par an : il n'y a pas de seconde chance."

"La pression due au fait d'être là-bas avec Porsche, à la fois interne et externe, est immense. Elle augmente un peu plus chaque jour, jusqu'à ce que les voitures soient sur la grille de départ. J'étais toujours conscient du fait que, en dépit de la meilleure préparation, il fallait beaucoup de chance pour terminer cette course, et même plus pour la gagner. Mais c'était notre mission. Faire face au défi d'attendre avant de se jeter dans la fosse aux lions est spécial, et ça me manquera. Ça n'arrive que là-bas."

Car c'est le paradoxe : disposer du meilleur package technique, de l'expérience humaine, des meilleurs pilotes, ne suffit pas toujours aux 24 Heures du Mans. De par l'histoire qui s'est écrite en 2016 et 2017, avec les incroyables ennuis de fiabilité rencontrés par Toyota, le clan Porsche en a fait l'expérience positive.

"Gagner Le Mans demande de la chance", concède Andreas Seidl. "Pas seulement en piste, mais aussi dans les stands, lors des arrêts, et pendant la préparation. Tous les fournisseurs doivent livrer des pièces de qualité parfaite, rien ne doit mal se passer lors de l'assemblage des composants à Weissach, les opérations de l'équipe doivent fonctionner parfaitement pendant les deux semaines du Mans… Quand je pense au nombre de gens qui étaient mpliqués pour Le Mans, et à tout ce qui aurait pu mal se passer, je suis parfaitement conscient de la part de chance qui existe."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Jeu 28 Déc - 19:56

source Motorsport.com du 28/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Le Mans 2015, proche de la perfection



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Résumer quatre années de compétition au plus haut niveau est quasiment impossible. Ceux qui ont mené Porsche au succès sont néanmoins humains, et chacun d'eux garde en lui un souvenir plus fort qu'un autre. Les 919 Hybrid, sous leurs différentes versions, n'ont cessé de faire le tour du globe pour briller dans le Championnat du monde d'Endurance, et c'est ainsi que le marque allemande a remporté les titres pilotes et constructeurs trois fois de suite.

Pour autant, lorsqu'il faut évoquer un temps fort, Le Mans n'est jamais bien loin… Quel instant Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche, n'oubliera pas de sitôt ? "C'est quand le Dr Wolfgang Porsche a posé ses mains sur mes épaules après la première victoire au général en 2015 et m'a dit 'Maintenant, les choses sont de retour à la normale pour Porsche'", raconte-t-il.

"Être impliqué dans l'une des périodes les plus couronnées de succès chez Porsche a signifié beaucoup de choses pour moi. Cette première victoire au Mans était sans aucun doute la meilleure, car nous avons gagné de manière convaincante. Nous étions seulement dans notre deuxième saison et nous avions une telle supériorité au niveau de la performance. La deuxième et la troisième victoire étaient liées à des circonstances particulières. À ces occasions, je m'étais déjà un peu résigné quant au fait que ce n'était peut-être plus notre heure."



Directeur de Porsche Team, Andreas Seidl retient lui aussi cette édition 2015 des 24 Heures du Mans comme le plus gros temps fort positif. Trois 919 Hybrid avaient été engagées face à Audi et Toyota, et le trio formé par Nico Hülkenberg, Earl Bamber et Nick Tandy avait fait très forte impression pour décrocher une victoire ne souffrant d'aucune contestation.

"En matière de préparation, si l'on pense aux deux semaines au Mans, c'est la plus grosse opération dans laquelle j'ai jamais été impliqué, et cette fois-ci, je la dirigeais", souligne Andreas Seidl. "Le déploiement de ces trois voitures et la coordination de toute l'équipe en course dépassait tout ce que j'avais fait auparavant."

"Voir trois voitures terminer la course sans problème technique, signer un doublé et devenir la référence au niveau des arrêts au stand, grâce à nos propres efforts… C'était proche de la perfection et de la manière dont j'imaginais qu'une course devait être. C'était aussi le moment unique où, en tant qu'équipe, nous avions décroché cette victoire tant attendue pour Porsche. Nous nous étions battus durement pour ça, et nous avions réussi à combler les attentes."

"C'est seulement après avoir retrouvé ma famille à Munich que j'ai pu réellement savourer. C'est à ce moment-là que la confirmation est arrivée du Mans par SMS, selon laquelle les vérifications techniques d'après course avaient été effectuées. Je ne peux jamais fêter une victoire immédiatement en course automobile, car j'ai toujours dans un coin de ma tête l'idée que quelque chose peut mal se passer lors des vérifications techniques. Au Mans, elles sont particulièrement intenses, et durent jusqu'à la fin d'après-midi du lundi. Je ne pouvais donc pas vraiment fêter ça correctement le dimanche soir. Mais une fois à la maison, j'étais très heureux que nous ayons accompli ça pour Porsche."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par guy3865 le Ven 29 Déc - 16:56

source Motorsport.com du 29/12/2017

2014-2017 : La saga Porsche en LMP1

Porsche en LMP1 - Earl Bamber, comme un symbole



Porsche en LMP1, c'est fini. Avant de relever d'autres défis, les dirigeants de l'équipe allemande reviennent sur les moments clés qui ont jalonné le programme à succès du constructeur mythique.

Ils sont dix à avoir piloté une Porsche 919 Hybrid en FIA WEC et aux 24 Heures du Mans. Pendant les quatre années de son programme LMP1, le constructeur allemand peut se vanter d'avoir joué la carte de la stabilité dans ce domaine, s'appuyant sur un savant mélange des ingrédients nécessaires pour constituer ses équipages. Dans une discipline aussi particulière que l'Endurance sur ce point, mieux valait ne pas se tromper ! Partager le baquet de sa voiture, ça n'est initialement pas dans les gênes d'un pilote de course…

À l'heure de tirer un trait sur cette période faste de Porsche en Championnat du monde d'Endurance, on comprend le sens collectif d'une telle aventure. Ceux qui ont entouré ces dix pilotes se risquent difficilement à sortir du lot des performances individuelles, mais certains souvenirs remontent tout de même plus que d'autres.

"Les dix pilotes LMP m'ont tous grandement impressionné, à plusieurs reprises, indépendamment du résultat", assure Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "Par exemple à Fuji en 2017, nous n'avons pas gagné. Mais la manière dont Earl Bamber a piloté à l'occasion de son premier départ en WEC, avec une voiture qui menait le Championnat du monde, c'était génial. Sous cette pression, avec de l'adversité et sur une piste trempée, il a réussi à piloter la 919 avec une telle rapidité et un tel contrôle qu'il a réussi à se construire une avance de douze secondes."



Earl Bamber serait presque la bonne surprise permanente de ces années Porsche. Car en matière de performances de pilotes, le team principal Andreas Seidl ne peut pas passer à côté de celle du Néo-Zélandais aux 24 Heures du Mans 2015, aux côtés de Nick Tandy et de Nico Hülkenberg. Tous les trois constituaient alors un troisième équipage non titulaire en WEC, mais qui allait offrir la victoire au général au constructeur allemand dans la Sarthe !

"Instinctivement, la performance des gars de la troisième voiture au Mans en 2015 m'a beaucoup impressionné, car ils étaient nouveaux, et ils ont gagné", rappelle Andreas Seidl. "Mais d'un autre côté, ce n'était pas surprenant, car nous avions choisi trois professionnels après un processus de sélection difficile, et nous leur avions offert dès le début le même niveau de préparation que les pilotes titulaires. Alors pourquoi auraient-ils été plus lents ? Tout au long de ces années, nous avons toujours eu le luxe d'avoir le meilleur line-up, et le plus équilibré. Le taux d'erreur des pilotes a été extrêmement bas."

Pourtant, envoyer dans le cockpit d'une LMP1 un garçon comme Earl Bamber en 2015 avait tout du pari. Andreas Seidl ne le cache pas, il s'en souvient même comme étant probablement sa "décision la plus courageuse" durant ces quatre années.

"Il venait de la Porsche Supercup et n'avait aucune expérience en prototype", explique-t-il. "Ça impliquait un certain risque. Mais lors de son premier test, il a vraiment impressionné nos ingénieurs cadres, tout comme moi, par la manière dont il s'est vite montré rapide et dont il était capable d'effectuer un relais constant. Nous étions convaincus qu'il pouvait le faire. Cela convenait également à notre projet, prendre des risques quand ils présentent également une grande chance de succès."

"Les décisions les plus difficiles sont toujours liées à l'humain. Dans une équipe de course, on rencontre beaucoup de hauts et de bas qui vous rapprochent ; on construit des relations solides avec les membres de l'équipe. Néanmoins, au cours du projet, j'ai dû prendre plusieurs décisions qui étaient dures pour les individus, mais bonnes pour les performances de l'équipe. Ces décisions étaient ce qu'il y avait de plus dur pour moi. Mais le boulot de directeur d'équipe n'est pas simplement de décrocher des trophées et d'être populaire."

Outre les pilotes alignés en compétition, plusieurs autres ont pris le volant de la 919 Hybrid, que ce soit lors de séances d'essais lors desquelles Porsche pouvait ainsi évaluer les membres de son programme GT, ou bien à l'occasion de tests officiels permettant notamment d'offrir une belle expérience à un profil comme Juan Pablo Montoya. Fritz Enzinger n'aura finalement qu'un seul regret en pensant à ceux qui auraient pu tester ce prototype : "Oui, Patrick Dempsey. Mais il s'est avéré que nous ne pouvions pas lui donner suffisamment de temps pour s'habituer correctement à la voiture."


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 44635
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 64
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contenu Spécial - La saga Porsche en LMP1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum